Des sciences sociales mondiales ?, par Julien Lamy, L’humanité, 20 juin 2013

Ce premier numéro de la revue Socio est une opportunité pour penser les jonctions entre une pratique ouverte des sciences sociales et les débats sur la crise actuelle.

Socio «Penser global», n° 1, 2013, 18 euros. La nouvelle revue Socio consacre son premier numéro au global et aux moyens de le penser. Dans un manifeste introductif, Craig Calhoun et Michel Wieviorka rappellent les grandes mutations à l’œuvre dans les sciences sociales. La question de l’articulation des différentes productions scientifiques aux pratiques politiques et sociales reste encore insuffisamment théorisée. Les deux auteurs constatent que la démonétisation des grands paradigmes structuralistes et fonctionnalistes des années 1960 et 1970 s’est accompagnée d’une recomposition des polarités scientifiques et d’une exploration plus intense des subjectivités individuelles.

Mais comment passer du corps au monde ? Quels outils analytiques forger pour éviter la spécialisation à outrance comme la généralisation filandreuse ? Calhoun et Wieviorka proposent une réflexivité accrue des chercheurs en sciences sociales : les questionnements sur l’engagement, le lien au politique, l’indispensable démarche critique, l’intégration des luttes doivent permettre de produire des cadres d’intelligibilité qui ne se contentent pas de dire le monde tel qu’il est. Les secteurs, encore neufs pour les sciences sociales, de l’environnement ou de l’éthique s’imposent en terrains prometteurs pour renouveler les répertoires épistémologiques.

Dans le très riche dossier de ce numéro inaugural de Socio, Michel Agier propose une analyse saisissante du « tournant contemporain de l’anthropologie ». Les transformations sociopolitiques de la décolonisation à la sortie de la guerre froide ont travaillé les catégories établies de l’anthropologie. Les terrains d’enquête – comme la ville – n’ont pas disparu, comme certains Cassandre l’avaient promis. Toutefois, les modalités même des investigations ont changé : l’écriture empathique, l’approche situationnelle et le souci de saisir ce qui échappe aux catégories traditionnelles dispersent l’espace des possibles anthropologiques.

Dans un texte tonique, Jean-Pierre Warnier reprend les fondements d’une sociologie politique s’inspirant tout à la fois de Max Weber et de Michel Foucault : le pouvoir n’est pas une essence, il s’incarne dans des corps, des gestes et des routines. Un comparatisme fécond est à même de faire jaillir des nuances dans la description des postures politiques. Un entretien passionnant avec Immanuel Wallerstein fournit une vue grand angle sur la logique du système-monde.

Dense et problématisé, ce premier numéro de Socio offre des pistes de réflexion stimulantes pour penser les jonctions entre une pratique ouverte des sciences sociales et les débats toujours plus nombreux sur la crise actuelle et sa dimension globale.

Des sciences sociales mondiales ?, par Julien Lamy, L’humanité, Tribunes, 20 juin 2013


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *