Appel à contributions : Révolutions, contestations, indignations

Dossier coordonné par Pénélope Larzillière et Boris Petric

Révolutions de couleur dans l’espace postsoviétique, révolutions de fleurs dans le monde arabe, mouvements des indignés en Europe, plusieurs ordres politiques ont été bouleversés par des mobilisations collectives aux modes d’organisations inédits. Au-delà de la singularité de ces différents événements politiques, Socio souhaite lancer un débat sur l’analyse de ces mouvements et leur comparaison. Relèvent-ils d’une rupture historique commune ?

Ces mouvements ont été caractérisés par des formes de mobilisation qui refuseraient hiérarchie et leader. Ils mettraient en avant une nouvelle horizontalité et fonderaient leur cohésion sur des modes d’action plutôt que sur le partage d’une idéologie commune. Les figures de l’intellectuel et les organisations classiques (syndicats, partis politiques) seraient marginalisées au profit de mobilisations spontanées émanant d’une « société civile » naturalisée et dépolitisée. Est-ce là que se situe le renouveau et les passerelles entre les mouvements? Il semble nécessaire d’interroger et de mettre en perspective ces aspects.

  1. Comment se fabriquent concrètement des consensus contre l’ordre établi et des formes de répression ? Quels sont les lieux où s’élaborent ces nouvelles formes de mobilisation contournant les institutions politiques traditionnelles ? Les institutions et les militants « classiques » ne redeviennent-ils pas incontournables au moment de la pérennisation des mouvements et de l’exercice du pouvoir ?
  2. Quelle est l’importance des nouveaux processus d’identification et des réseaux transnationaux ? Comment s’organise concrètement la circulation des expériences, des émotions, des images et des techniques de contestation ? En quoi les médias sociaux modifient-ils les formes de mobilisation et de participation ? Permettent-ils la construction d’un nouvel espace public ?
  3. Comment envisager ces événements dans une approche plus globale de la temporalité ? Retrouve-t-on la spécificité du temps révolutionnaire identifié par les historiens de la Révolution ? Les horizons d’attente sont-ils fondamentalement renouvelés ?

Socio souhaite privilégier autant des approches fondées sur des travaux empiriques originaux que des démarches proposant des comparaisons dans l’espace et dans le temps. Les articles sensibles à l’articulation entre les dimensions locales et globales, dépassant une analyse par pays ou par aire culturelle sont les bienvenus.

Dans un premier temps, une proposition de deux pages environ, indiquant la problématique et les données, accompagnées d’une bibliographie, doit être envoyée à la rédaction, avant le 15 janvier 2013. Dans un second temps et après avis de la rédaction, les articles, de 30 000 à 50 000 signes maximum (notes et bibliographie comprises), devront parvenir à la revue au plus tard le 15 avril 2013. Il est attendu un effort particulier sur l’écriture et un style qui mettent suffisamment en perspective les enjeux de l’article pour qu’il puisse susciter un intérêt au-delà d’un cercle restreint de spécialistes.

Les intentions de contributions (titre, résumé de 2 pages et bibliographie) doivent être adressées à Socio le 15 janvier 2013 au plus tard

Les articles sélectionnés devront être remis le 15 avril 2013

English version


Vous aimerez aussi...

2 réponses

  1. Elisabeth Weissman dit :

    Bonjour
    Découvrant seulement aujourd’hui, 7 avril 2013, votre appel à contribution, je me doute qu’il est impossible désormais de proposer quoi que ce soit. Permettez-moi juste de dire combien je regrette de ne pas pouvoir contribuer à votre réflexion dans la mesure où je travaille sur ces questions depuis sept ans. Je ne suis pas sociologue, je suis journaliste et j’ai publié en 2010, un ouvrage s’intitulant « La désobéissance éthique » enquête sur la résistance dans les services publics (Stock). Mon propos était de recenser toutes ces nouvelles formes d’action contre le démantèlement des services publics que sont la désobéissance proclamée à l’égard de directives émanant de la hiérarchie et autres actes de résistance tels que freinage, contournement de la politique du chiffre, refus du chronométrage et des évaluations ayant pour effet de dénaturer les missions de service public. Ces actions (qui se poursuivent encore aujourd’hui) menées ou non en concertation avec les syndicats ne manquent pas d’interpeller ces derniers. C’est également cet état de fait que j’interroge avec les protagonistes.

    Elisabeth Weissman

  2. Est-ce votre intention de vous cantonner à l’Europe et d’exclure les mouvements protestataires en Amérique du Nord (e.g. Occupy Wall Street aux États-Unis ; révoltes étudiantes au Canada etc…) ou du Sud? Il y a beaucoup à dire et à faire connaître en Europe sur le premier par exemple (et vice versa à faire connaître aux U.S.A ce qui se passe en Europe). Je proposerai bien un article sur le sujet, (en Français ou en Anglais) l’ayant suivi activement de New York où je vis et travaille depuis des années, mais cela semble tomber hors du cadre géographique de votre description.

    Bernadette Bucher
    Professor Emerita of Anthropology
    Fordham University, New York.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *