Éditorial, par Michel Wieviorka

Les sciences sociales ont connu un âge d’or dans les années 1950 et 1960. Elles disposaient alors de quelques grands paradigmes, susceptibles chacun d’infinies variations, et tous, éventuellement d’hybridation – on pouvait être par exemple fonctionnaliste, structuraliste, marxiste, on pouvait aussi être « structuro-fonctionnalo-marxiste ». Ne faisons pas de cette époque un trop beau mythe – l’idéologie y régnait aussi, bien souvent. Toujours est-il qu’il existait un espace intellectuel au sein duquel des débats relativement généraux pouvaient trouver place, avec des implications multiples, historiques, politiques, économiques notamment. Les chercheurs, bien moins nombreux qu’aujourd’hui, et surtout présents en Europe, en Amérique du Nord et, dans une moindre mesure, déjà, en Amérique latine, pouvaient tout à la fois développer des recherches portant sur des enjeux précis, limités, et monter en généralité, participer à des discussions allant bien au-delà des enjeux concrets de leur travail.

À partir des années 1970, cette configuration s’est défaite, le fonctionnalisme a achevé une décomposition patente depuis la fin des années 1960 ; le structuralisme n’a cessé de perdre du terrain et s’est finalement révélé impuissant à réaliser un programme prévoyant la mort du Sujet ; le marxisme n’est resté un horizon indépassable que pour un dernier carré d’intellectuels occidentaux, tandis que prospéraient des pensées toutes plus ou moins éloignées d’une idée de généralisation ou de passage à la politique et à l’histoire – ce qu’ont souligné les auteurs postmodernes proclamant la fin des grands récits.

En même temps, les sciences sociales entraient dans un processus de globalisation, renouvelaient leurs objets, commençaient à redéfinir leurs perspectives théoriques. Elles cessaient d’être le monopole des pays occidentaux, et de nouvelles idées, de nouvelles approches témoignaient de leur vitalité partout dans le monde.

Cette vitalité scientifique est parfois masquée par les difficultés institutionnelles et financières que peuvent rencontrer ces disciplines, ou d’ailleurs, symétriquement, par les efforts produits dans certains pays pour les relancer en réorganisant le tissu académique, en structurant les appareils universitaires et de recherche, en décidant de nouvelles implantations et localisations, en mettant en œuvre des politiques d’évaluation et en jouant le jeu des classements internationaux, en suscitant de nouvelles instances et modalités de financement de la recherche, etc., sans toujours s’intéresser réellement au contenu proprement dit de la production et de la diffusion du savoir. Elle est aussi affaiblie par la formation d’un néo-prolétariat constitué de jeunes docteurs, souvent remarquables, mais ne trouvant pas les emplois qui leur permettraient de se consacrer à la recherche et à l’enseignement supérieur.

Mais cette vitalité n’en est pas moins incontestable. Et c’est pour en témoigner et lui donner corps que nous lançons Socio – une revue qui sera publiée en ligne et sur papier, trois fois par an, avec des articles en français et en anglais.

Chaque livraison comportera un dossier, consacré à un thème ou à un questionnement précis, et des articles varia. Socio encouragera l’originalité, tout en veillant à l’exigence scientifique des textes qui seront publiés ; la rigueur de la pensée, tout autant que la qualité de l’écriture ; la diversité des approches, mais aussi le souci du débat et de l’échange intellectuel.

Revue de sciences sociales, et pas seulement de sociologie, Socio reconnaît l’importance et l’utilité des disciplines classiques – anthropologie, sociologie, etc. – tout en valorisant la pluridisciplinarité. Ouverte à tous ceux qui assurent l’interface avec d’autres disciplines du savoir, elle l’est aussi aux praticiens et à ceux qui, médecins, juristes, travailleurs sociaux par exemple, contribuent par leur profession à la production de connaissances socialement pertinentes. Elle considère, ce qui n’est pas partout le cas, que l’histoire est une discipline importante des sciences sociales, en même temps qu’elle veille à ce que les dimensions historiques des phénomènes abordés par d’autres disciplines ne soient jamais minimisées ou délaissées. Elle s’inscrit, enfin, dans une logique d’internationalisation des sciences humaines et sociales et plaide pour que soient le plus possible articulés différents niveaux d’analyse, du mondial au local en passant par le régional et le national.

Michel Wieviorka

 


2 réponses

  1. Hugues Cayzac dit :

    Monsieur Wieviorka,

    Ce projet laisse reveur. J’espere de tout mon coeur qu’il apportera des elements theoriques mais pragmatiques – inspires de la realite, pourquoi pas anecdotiques – pour lever les cliches et les complexes que beaucoup de chercheuses et de chercheurs en sciences sociales cultivent de part et d’autre d’une ligne imaginaire qui n’est que le fruit de leur… imagination, au-dela des raisonnements tortueux qu’inspirent la globalisation locale ou le repli global. J’espere qu’il participera au projet sociologique le plus utopique et sympathique qui soit: la paix – universelle ou pas, la n’est pas la question – des esprits.

    Bien sur, j’apporterai tout mon soutien a cette « riche » idee, dans la mesure de mes possibilites.

    Votre eleve du Guatemala.

  1. 3 juin 2013

    […] s’agit d’une initiative du sociologue Michel Wieviorka qui, dans un premier éditorial publié le 22 octobre 2012, décrivait ainsi la mission de cette nouvelle […]

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *