Socio n° 5 – Inventer les sciences sociales postoccidentales

Dans un mouvement de circulation et de globalisation des savoirs, de nouveaux centres et de nouvelles périphéries se forment, de nouvelles hiérarchies apparaissent plus ou moins discrètement qui produisent des compétitions et des concurrences pour le développement de « nouveaux » savoirs. Les centres de production de la connaissance en sciences humaines se sont largement déplacés vers l’Asie du Sud, du Sud-Est, Orientale, Centrale, Pacifique… La critique de l’eurocentrisme s’est largement affirmée dans cette période d’internationalisation des savoirs. Michaël Kuhn (2012), en s’appuyant sur le World Science Report de l’Unesco de 2010, pose l’hypothèse de la marginalisation de l’eurocentrisme scientifique et des traditions européennes.

Aujourd’hui les sciences sociales sont globales. Nous sommes rentrés dans une période de désoccidentalisation des savoirs et de co-production d’agencements entre des savoirs situés. Il s’agit d’une révolution scientifique dans les sciences sociales qui impose des détours, des déplacements, des retournements, des conversions voire des vertiges épistémiques. Nous avons dépassé le « tournant global”, dictinct de tournants précédents et de leur nature éphémère pour apparaître comme un turning point dans l’histoire dans sciences sociales. Après les postcolonial studies, nous parlons de post-western social sciences dans un contexte de mondialisation et de circulation des idées, des concepts et des paradigmes.

En Asie se sont organisées des mobilisations d’intellectuels chinois, japonais, coréens indiens… à partir de « luttes” pour la reconnaissance des productions scientifiques invisibilisées du fait des effets de domination et non perçues comme ayant une valeur égale à celles produites en Europe. L’enjeu qui s’est formé depuis une vingtaine d’années est celui de la question de la reconnaissance internationale des savoirs “décoloniaux”. Dans ce numéro est développée l’idée qu’un processus de reconfiguration décoloniale est engagé au sein d’ethnoscapes – au sens d’Appaduraï (2001) – formés à partir d’assemblages de savoirs entre sociologies d’Asie et d’Europe, cela dans une perspective qui permet de penser les zones de rencontre, de chevauchement, de tension, de conflit, de fécondation mais aussi les « blancs épistémologiques » entre les sciences sociales d’Europe et d’Asie. Sachant qu’il paraît aujourd’hui moins pertinent de penser la pluralité des « provinces du savoir » que de penser les modes de formation des continuités et les discontinuités, les agencements et les disjonctions entre des lieux de savoir situés à différents endroits du monde.

Sommaire

Dossier : Sociologies post-occidentales : de l’Asie à l’Europe dirigé par Laurence Roulleau-Berger

Laurence Roulleau-Berger, « Sciences sociales « postoccidentales » : de l’Asie à l’Europe »

Han Sang Jin, « Second Modern Transformation in East Asia: An Active Dialogue with Ulrich Beck »

Yves Schemeil, « Une sociologie politique non occidentale existe-t-elle ? »

Kazuhisa Nishihara, « Après le tremblement de terre au Japon : la mission transnationale de la sociologie »

Kazuhisa Yatabe, « Le « dépassement de la modernité » et la sociologie japonaise »

Nira Wickramasinghe, « Colonial governmentality and the political: Thinking through ‘1931’ in the crown colony of Ceylon/Sri Lanka »

Shalini Randeria et Veena Das, « Democratic Strivings, Social Sciences, and Public Debates: The Case of India »

Li Peilin, « La modernisation orientale et l’expérience chinoise »

Emmanuel Lozerand, « Penser les individus du monde »

Chantiers

Michel Wieviorka, « Sortir de la violence. Un chantier pour les sciences humaines et sociales »

Alexis Nouss, « Enjeu et fondation des études exiliques ou portrait de l’exilé »

Débat

François Ewald, Bernard E. Harcourt, Gary Becker, « Gary Becker dialogue avec Michel Foucault, (2e partie) »

Pour se procurer l’ouvrage auprès des Editions de la Maison des sciences de l’homme

L’ensemble des textes sera prochainement mis en ligne sur socio.revues.org


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *